Archive | 3615Mylife RSS feed for this section

Deuzans

2 Jan

Il y a deux ans, je ne savais pas que j’étais sur le point de rencontrer Poussin un peu plus tôt que prévu. Je me doutais bien mais j’en n’avais pas la mesure du cataclysme qui allait bouleversé ma vie.

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/a04/30385124/files/2015/01/img_2429.jpg

Mon bébé, la chair de ma chair, mon amour infini va avoir deux ans dans 2 jours… Est il toujours un bébé? Grande question. Quand je le vois jouer, découvrir le monde, commencer a parler, a clairement analysé et réfléchir, à appréhender l’humour, je vois bien que ce n’est plus un bébé. Mais quand il se blottit dans mes bras, quand il frotte son visage contre son doudou, quand il boit son biberon contre moi, quand il m’appelle terrifié en pleine nuit a cause d’un cauchemar et quand il s’endort en ronronnant dans mes bras, je retrouve les traits du tout petit être que j’ai tenu dans mes bras a la maternité. Et son regard est le même que la première fois que nos yeux se sont croisés…

Que vous dire sur lui?
Poussin est un grand sensible, qui a besoin de temps pour accepter des inconnus dans son périmètre. Beaucoup de temps. Ce n’est pas encore un enfant sociable du tout. Il fuit particulièrement les enfants de son âge et plus jeunes! C’est un petit garcon relativement calme, curieux et posé qui passe de longs moments à observer et tester son environnement. Sa pièce favorite est la cuisine, il adore forcément imiter et m’aider a faire la cuisine. Il a une capacité de concentration qui m’impressionne dans ces cas la. Il aime la musique (« muïque! ») comme beaucoup de petits de son âge. Poussin a une capacité naturelle à se faire aimer malgré sa relative « sauvagerie » : il a un regard à la fois grave et coquin et clairement, il est beau. Je ne dis pas ça parce que je suis sa mere, il est vraiment beau! Ses sourires sont distribués de maniere choisie – comme ceux de sa maman – mais ils chavirent les cœurs de ceux qui les reçoivent.
Poussin a par ailleurs été un chat dans une vie antérieure. Il adore plus que tout être gratouillé : dos, cheveux, bras, ventre…

Bien évidemment, Poussin n’est pas que joie, bonheur et simplicité. Rappelons-le : il va avoir deux ans. Et nous n’échappons pas au fameux Terrible Two. J’entends « non » a peu près 3 738 914 fois par jour. D’ailleurs, c’est bien simple, il ne dit jamais oui. Il sait le prononcer mais ne le dit pas. « Non » est la réponse officielle et automatique à TOUTES les questions, ouvertes ou fermées. Meme quand elles ne lui sont pas adressées! Non peut aussi vouloir dire oui du coup, ce qui donne lieu à des scènes dramatiques où mon Galinacée laisse exploser toute sa frustration d’enfant incompris. Parallèlement, plusieurs fois par jour, des actes anodins tels que manger, mettre ses chaussures, changer une couche ou ranger un jouet déclenchent des négociations dignes de Yalta. Je redouble d’inventivité pour désamorcer la crise qui parfois s’avère inévitable. Oui, j’ai déjà traversé une allée de centre commercial avec un Poussin hurlant. Et je vous assure que cet enfant a un organe vocal extrêmement développé, reconnu par le personnel de la crèche comme particulièrement impressionnant!

Hormis ces épisodes normaux dans le développement de mon bientôt deuzans, nous avons conscience de sa nature facile. Il voyage facilement, nous allons au restaurant, nous vivons en respectant son rythme et lui en s’adaptant au notre.

Ce que j’aime spécialement dans cette période, c’est le apprentissage du langage. Une énigme pour moi, une source d’émerveillement. Poussin n’est pas plus précoce que la moyenne mais je suis à chaque fois surprise de l’enrichissement fulgurant de son vocabulaire, de sa capacité à retenir les mots, à répéter. Évidemment, il y a des mots inventés… « Imane  » veut dire fromage, seul lui sait pourquoi!

Si je veux être parfaitement honnête en répondant à la première question de ce billet, oui Poussin est encore un bébé et sera toujours mon bébé. Mon miracle…

Pas de bras, pas de chocolat

16 Déc

Les bras, c’est le sujet polémique. A ranger au même rang que l’allaitement ou encore la sucette. Et je le dis d’entrée, je suis dans la camp de celles qui offrent leurs bras sans compter. Je ne m’en cache pas, j’assume pleinement!

Mais je sais bien que tout le monde ne trouve pas ca « bien ». Des la naissance de Poussin, je l’ai porté. Beaucoup. Tout bebe, il se calmait en écharpe surtout. Il a d’ailleurs fait ses siestes contre moi jusqu’à 5 ou 6 mois. A la crèche, j’avais la chance que les filles portent toutes en écharpe. Poussin a donc été énormément porté. Vraiment beaucoup. Il adorait spécialement être porté sur le dos. Il s’y endormait pour être ensuite déposé dans son lit.

Assez vite, j’ai eu quelques commentaires sur le fait que je portais souvent mon bébé. Dans la rue, on me dit un jour que je faisais « comme les singes » (si, si!). Un jour, pour tenter d’expliquer pourquoi Poussin ne voulait pas faire la sieste dans un lit, l’excuse de l’écharpe fut avancée. Bah non, ça marche pas parce que le soir, il se couchait volontiers dans son lit! Puis, quand a 18 mois passés, il ne marchait pas, l’argument ressortit. Pour moi, il n’a jamais été pensable que Poussin ne marchait pas pour être porté. Tout simplement parce qu’il se déplaçait très bien a 4 pattes!

Il grandit, oui, mais il reste un grand bebe qui demande encore beaucoup les bras. Peut être par « fatigue » s’il marche trop mais surtout par plaisir. Je crois que son désir d’être porté dehors est davantage lié à un besoin d’être sécurisé face au monde extérieur. Être à hauteur du monde aussi. Il surkiffe donc l’ergobaby, à tel point qu’il pleure parfois s’il le voit mais que je ne l’y mets pas!

Être porté lui permet aussi de gérer ses émotions. A presque 2 ans, il a comme beaucoup d’autres enfants des colères. Et parfois, il n’arrive pas à en sortir… Dans ces cas la, je l’isole et l’ignore non pas pour le punir mais pour l’aider à se calmer seul. Mais ça ne marche pas toujours. L’autre jour, il réussit au bout de 10mn à articuler « maman » et à pointer l’écharpe du doigt. Il voulait être porté pour se calmer. J’ai trouvé sa réaction très « mure » : il a demandé de l’aide. Et ca a marché.

Porter Poussin m’a sauvé des nuits entières. Parce que je ne sais pas laisser pleurer… Je plaide coupable. Alors bien sur, si c’est une colère, un caprice, je peux. Mais ce n’est pas le cas la plupart du temps.

Alors quand la conversation a tourné autour du sujet des « bras » lors d’un récent dîner, je n’ai pas réussi à comprendre la vision de ce couple d’amis qui a décrété que passes 3 mois, ils n’avaient plus pris au bras leurs enfants sur demande et les avaient laissé pleurer. Je ne juge pas, ils aiment leurs enfants et sont de très bons parents.

Ça m’est juste impossible tout simplement parce que je ne suis pas convaincue que cela fasse des enfants moins capricieux ou exigeants. Au contraire! Mais ça n’engage que moi…

Et puis récemment, Poussin est venu me voir pour mettre son poumon en écharpe… On pouvait lire une telle fierté dans son regard alors qu’il paradait avec mon écharpe enroulée autour de son petit corps avec son « bebe » calé contre lui!!!

Ce post n’a pas vocation à polémiquer mais juste à poser un discours sur des a priori que nous recevons quand on choisit d’accepter de donner ses bras sans compter. Bien que la mode soit au maternage (je ne fais pas partie de ce mouvement), le « laisser pleurer », « ne pas donner le vice des bras » continue d’exister.

D’ici quelques semaines, je ne pourrai probablement plus porter Poussin en écharpe et en ergo. Alors d’ici la, je profite encore un peu!

Vade retro gluten (partie 1/3)

6 Août

***Cet article a été mis en ligne le 4 août mais WordPress mobile a « zappé » la moitié. Je le remets donc en ligne complété après l’avoir temporairement depublié – désolée pour le dérangement! ****

Il y à plus de 2 mois, nous venions d’avoir une douche froide… Retour en PMA avec une tentative qui n’a pas pu donner un embryon transférable. Aucun sur 13 ovocytes ponctionnés. Qualité pourrie.

Impossible de savoir pourquoi. Un soir, Chéri m’annonce qu’il a lu un article sur l’intolérance au gluten. Cela peut impacter la fertilité. Des lors, il n’a qu’un objectif : savoir si c’est une piste.

Lire la suite

L’énigme de J14

28 Juil

Mercredi dernier, j’étais à J14. Mercredi dernier, j’étais cool et détendue. L’échec de la dernière FIV était loin. Mes règles sont finies depuis plus d’une semaine.

Pourtant mercredi dernier, je ressens des douleurs au ventre… Lire la suite

Step by step

21 Juil

C’est avec une grande émotion et une fierté immense que je vous annonce que mon Poussin a désormais rejoint le monde de la bipèdie.

Oui, a 18,5 mois.
Oui, c’est un exploit.
Oui, c’est juste magique.
Oui, c’est le plus exceptionnel des Poussins.
Oui, je ne suis que cris de joie et sautillements des qu’il lâche le mur pour faire 3 pas. Lire la suite

Ca va. Et toi?

16 Juil

Merci à toutes pour vos gentils messages sous mon post de la défaite. Oui, DNLP a encore gagné… Le magnifaïque têtard qui a été transféré n’a pas aimé son nouveau milieu. Est-ce ma faute? Probablement pas. J’ai bien essayé de lui promettre monts et merveilles, un poney, du nutella à tous les repas, de l’allaiter jusqu’à ses 15 ans… rien n’y a fait, il est parti.

Et bien parti même. Une semaine de règles steuplé! Bon, pas de douleur. Comme si rien ne c’était passé… Lire la suite

Démasqued ?

30 Mai

Il y a quelques temps, j’avais commencé a écrire ce billet et WordPress l’a mangé. Enfin, mon appli WordPress l’a mangé… Je prends le temps de tout recommencer aujourd’hui. Plus d’un mois après « les faits ».

Quels faits? Le jour ou j’ai cru être démasquée! Lire la suite