Archive | Vacances RSS feed for this section

La reprise

7 Avr

20140408-135929.jpg

Aujourd’hui, retour au boulot après une semaine de vacances. Enfin, de pseudo-vacances… Après l’annulation de nos vacances en Espagne pour cause de gastro, Poussin a malheureusement enchaîné avec une très vilaine bronchiolite, lui qui est habituellement peu malade n’a pas été épargné. C’était bien quand même de passer tout ce temps avec lui, les câlins, les jeux, les rires, les nouveautés… Et c’était bien d’avoir du temps avec Chéri aussi.

Maintenant, c’est la reprise. Mais pas que du boulot puisque depuis vendredi, j’ai commencé la stimulation. Sachant qu’on ne partait plus, je n’avais plus besoin de décaler le début du traitement. Ça donne quoi ?

Lire la suite

Publicités

Dans mon pays d’Espagne… Olé!

28 Mar

Demain, départ pour une semaine en Andalousie! Une destination qui figure sur ma wish list depuis plusieurs années et que je gardais sûrement inconsciemment pour un « voyage en famille » car très accessible avec un bébé (enfin j’espère!)

Lire la suite

Holidays, celebrate

7 Sep

IMG_9295

Oui, je sais, ça fait presque un mois que je n’ai pas écrit. Vous pensez que c’est parce que j’étais en vacances? Pour quelques jours, c’était le cas mais en vrai de vrai, je bosse beaucoup. Très beaucoup même. Figurez-vous que mon associée s’est barré en congé mat’! Quelle idée de bosser avec une femme! Fertile de surcroît… Mais ce soir, on est samedi soir. Je ne bosse pas, Poussin est couché et Chéri travaille. Mon atelier manucure-pédicure est prêt… et je vais ENFIN pouvoir écrire un billet et vous parler un peu et attendre que vous me parliez, beaucoup j’espère!

Lire la suite

Luxe, calme et volupté (et flippe)

16 Juin

La semaine écoulée, Chéri et moi étions en vacances. Par précaution, nous avions donc renoncé à la Toscane à quelques jours du départ. Trop de risques inutiles. Finalement, même si nous sommes restés sur le sol français, ça a été la dolce vita cette semaine. Enfin, presque. Lire la suite

En mode TPMG

29 Jan

En vacances, il s’est produit en moi un phénomène étrange. Pas dès les premiers jours mais progressivement, lentement mais très profondément, une irrépressible envie de dépenser mon argent s’est installée! Je répétais à Chéri « je veux dépenser mes sous, je veux DEPENSER mes sous »! Mais pas n’importe comment… presque exclusivement pour moi. Je suis donc officiellement dans une phase TPMG, comprendre Tout Pour Ma Gueule.

Pas besoin d’être psychologue diplômé pour comprendre ce qui se passe dans ma tête et mon portefeuille : je compense un manque, je me protège, je me chouchoute et je me baigne dans un monde de plaisir après avoir salement morflé et en prévision de re-salement morfler, blablabla…Bien, je ne me mets pas la tête dans le sable et sachant cela, ça ne m’empêche nullement de poursuivre ma phase über-superficielle. Après et avant l’effort, le réconfort donc j’ai décidé de me vautrer dans le réconfort pour l’heure.

En Thaïlandie, j’ai ramené des bricoles rigolotes et pas chères! Au moins là bas, la phase TPMG ne fait pas très mal.

En plus des 4 massages en 2 semaines (j’aurais fait plus si j’avais eu le temps…), je me suis offerte une manucure + pédicure avec un vernis pailleté franchement immonde mais la mode verniesque est aux paillettes ou au nacré là-bas. Le rouge péteux pailleté m’a séduite pour parader sur la plage mais je l’ai enlevé dès mon retour! Ceci dit, pour 10€ la manucure + pédicure, on regrette presque de n’avoir que 2 mains et 2 pieds…

Un matin, j’ai fait un caprice à Chéri car je voulais acheter encore. Et ce jour là, je voulais un short – pourquoi je ne sais pas. Nous sommes donc allés dans l’un des nombreux magasins ne vendant que des contre-façons car là-bas, y a que ça. Je suis archi-contre la contre-façon sauf que je suis en phase TPMG sur une île qui ne vend que ça. Je demande donc officiellement pardon à Billabong mais franchement, j’étais bien mimi dans mon micro-short rose à pois blancs!

Dans mes bagages, il y avait encore:

  • une coque de portable rigolote
  • de la bouffe thaï : épices, curry, piments & cie
  • un top de créateurs thaïlandais (acheté en soldes à 25€ !)
  • une huile de massage « home made » qui ô horreur, se fige sous nos tropiques! Je vais devoir attendre le printemps pour avoir la bonne texture…
  • un baume « home made » contre les douleurs et nausées… je l’ai déjà perdu 😦
  • un sautoir fantaisie acheté dans une rue de Bangkok
  • une ceinture négociée dans cette même rue sur un marché
  • un headband
  • un tshirt bien cool

On aurait pu penser qu’en rentrant, ça se calmerait? Ben non, au contraire, ma phase TPMG s’accentue dangereusement! Je suis donc allée assouvir mon besoin de me faire plaisir en allant faire les soldes et là, j’ai rencontré ma nouvelle précieuse qui partage aujourd’hui ma vie. Qui est-ce? C’est ma nouvelle robe Comptoir, pardi! (achetée à -50% parce que TPMG ne veut pas dire sotte!).

Et comme si ça ne suffisait pas, j’ai aussi adopté une nouvelle paire de bottes mais là, j’en avais plus ou moins besoin donc c’est un achat mi-TPMG seulement. Et là, depuis quelques jours, je me suis lancée dans une étude de marché en vue de composer ma future routine Millefeuille (layering pour les adeptes).

Peur de vieillir, en mal d’enfant, peur de l’avenir, cocooning… oui à tout! Grâce à mon infertilité, je soutiens activement l’économie française et accomplis un devoir civil héroïque. Bientôt, grâce à mon attitude TPMG exemplaire, la France regagnera son AAA!

Cette vie où le monde tourne en orbite de mon moi, elle me va pour l’instant. J’en ai besoin. Je me crée un Disneyland pour pas voir autre chose et surtout ce qui m’attend. Si j’espère vivre de bons moments avec ma robe Comptoir en 2012, je prie secrètement pour la prêter à ma soeur ou une amie en 2013 en disant:

  1. soit  » Impossible de la mettre depuis le milieu du 2nd trimestre! Tu peux l’avoir pour cet hiver! »
  2. soit  » Tu comprends, j’ai pris tellement de seins à cause de l’allaitement que je peux plus la porter pour l’instant »

Mais pour l’heure, je vais surement me fendre d’un renouvellement d’abonnement d’un an dans ma salle de gym dramatiquement très chère mais quitte à être nullipare, autant être mince et ferme non? Et tant mieux si mon prochain essai FIV me fait gaspiller plusieurs mois d’abonnement : je ne demande qu’à perdre un max d’argent dans l’affaire!

Record battu

26 Jan

Dernier souvenir de vacances partagé et après, promis je vous lâche la grappe avec la Thaïlande! Je ne vous ai pas encore dit qu’en plus d’avoir passé deux semaines merveilleuses (je sais, je suis lourde…), j’ai battu un record personnel : j’ai eu mon plus long cycle depuis qu j’ai arrêté la pilule. 37 jours!!! Oui, 5 semaines et 2 jours! J’ai normalement des cycles un poil court (26 jours) et dépasser 28 jours est rarissime, même sous traitement.

L’avantage des vacances, c’est qu’on a moins de temps de psychotter se faire des gros films avec des fins à Disney. Du coup, je n’ai commencé à me poser des questions qu’à J35. Un miracle aurait-il pu arriver? Après tout, on ne serait pas les premiers. La chance tourne, la roue et le vent aussi? J’ai donc commencé à avoir des pensées positives irréalistes (le genre de trucs qui m’arrivent plus depuis longtemps!). Ouais, j’avoue, je me suis fait un début de film. Je me suis imaginée rentrer et faire un test de grossesse et j’ai aperçu une année 2012 ponctuée d’échographies, de sourires béats et de cours de préparation à l’accouchement. Pendant 2 jours, je me suis vue enceinte – tout en essayant de calmer cet espoir qui prenait déjà beaucoup de place.

Comme pour préserver cet espoir, Chéri et moi n’avons jamais parlé de mon retard de règles avant mes règles. J’imagine que comme moi, pendant cette semaine de retard anormal, l’espoir a grandi en lui, priant pour que le Père Noël nous apporte notre cadeau en retard. J’ai aimé notre silence complice, sentir cette attente tranquille.

Mais nous sommes ce que nous sommes et ce n’est pas 2012 qui le changera: un couple infertile. Alors, au matin du trente-huitème jour, j’ai dit adieu au test de grossesse positif, à l’annonce du miracle et au papier bulle. J’ai pleuré la fin d’un cycle naturel pour la première fois depuis de très très longs mois. J’ai pleuré de déception mais surtout d’avoir cru à ce que je me refuse de croire depuis longtemps. Que les choses changent ou peuvent changer pour nous. « Once a cheater always a cheater » disent les américains à propos des personnes qui trompent. Je crois que Dame Nature nous trompera toujours aussi… Il ne faut pas croire ses belles promesses d’espoir lorsqu’il y a un retard de règles.

Ce jour-là fut le plus mauvais de nos vacances. Coïncidence, le temps s’est couvert en 30mn après le « débarquement » et il a plu très fort jusqu’au soir! Impossible de profiter de la plage ou de la piscine! Le ciel s’est rebellé contre Dame Nature, peut être protestait-il contre cette nouvelle tromperie?

Je préfère oublier cette journée ou du moins ne garder en souvenir que le meilleur massage des pieds de toute ma vie que je me suis offert ce jour-là. Autant ne se souvenir que des belles choses…

Pèlerinage pmesque

23 Jan

Lundi dernier fut notre dernier jour de vacances en Thaïlande et nous l’avons passé à Bangkok. A Bangkok, il y a des milliers de choses à voir, les temples, le Grand Palais et son Bouddha d’émeraude (qui en réalité en jade mais on s’en fout), le Wat Pho et son Bouddha allongé, les musées, les marchés, les klongs (canaux)… bref, il y a des tas de lieux splendides à visiter au milieu du chaos apparent de la ville.

Et puis il y a un lieu le Chao Mae Tuptim, l’oratoire de la déesse Tuptim. On ne trouve ce lieu dans aucun guide touristique: c’est un temple dédié à la fertilité! Quand nous avons appris qu’un tel lieu existait à Bangkok, Chéri et moi nous sommes illico mis en quête de le trouver, bien évidemment!

L’origine exacte de ce lieu est assez méconnue mais il s’agirait d’une maison des esprits qui fut construite par Nai Lert (le lieu se trouve derrière le Nai Lert Hotel) pour l’esprit supposé demeurer dans le grand Sai (Ficus) qui recouvre l’oratoire. Les offrandes traditionnelles sont des bouquets de jasmin blanc, ainsi que des boutons de lotus blancs ou rosés.Sauf qu’ici, ce qui domine le plus, ce sont les inombrables phallus géants,de formes et de styles divers, réalistes ou bien stylisés, qui sont déposés tout autour de l’oratoire, au pied du grand ficus notamment. Pourquoi ça?

La croyance voudrait que les couples essayant d’avoir un enfant viennent ici faire des offrandes à la déesse Tuptim et une fois exaucés, ils reviennent remercier en offrant des phallus en bois peints pour la plupart.

A première vue, c’est plus que surprenant et franchement obscène pour nous, petits occidentaux pour qui la sexualité et la fertilité sont des sujets encore finalement très tabou. Ici, on célèbre le phallus et on se tourne vers la spiritualité pour accompagner sur le chemin de la maternité. Loin d’être folklo, ça m’a particulièrement interpellée et je ne peux pas dire que je me suis pas recueillie. Ce n’est pas une question d’y croire, c’est une question de ressenti. Chaque phallus représente un espoir réalisé, de quoi vous booster non? Alors Chéri et moi, on a fait une offrande, comme chaque couple venu ici pour demander un enfant à la déesse Tuptim. Et comme la Thaïlande, c’est vraiment loin et qu’on ne peut pas y aller facilement, j’ai fait un voeu pour nous et pour vous toutes également, une sorte de « class action » des infertiles auprès de la déesse de la fertilité!

Ce jour-là, je n’ai pas trouvé de fleurs ou d’encens à offrir, ce n’est pas un lieu touristique. Alors, j’ai déposé sur l’autel le bien probablement le plus précieux que j’avais dans mon sac: une bouteille d’eau. Ok, elle était un peu entamée mais par près de 35 degrés à l’ombre, j’ai estimé que l’eau, porteuse de vie, serait la meilleure offrande à faire. Cette bouteille, notre espoir, est à gauche sur la photo (désolée pour la qualité du cliché!). J’ai prié pour revenir déposer en notre nom à toutes, des phallus en bois rouge pour remercier Tuptim pour nos bébés en bonne santé d’ici quelques mois.

En quittant le Chao Mae Tuptim, tout sourire et plein d’espoir (il nous en faut peu, on est d’accord…), voici ce que nous avons croisé à seulement 50m de l’oratoire.

Vous ne rêvez pas… Oui, c’est un centre de PMA mes bonnes dames! Alors, coïncidence ? C’était assez troublant en tout cas, comme une sorte de messages qu’on nous enverrait… La fin justifie les moyens et Tuptim veille, promis.

 

Notes: Pour trouver ce hâvre de paix et d’espoir, c’est un vrai jeu de piste! Pour celles que ça intéresserait, il faut se rendre au Nai Lert Hotel, entrer dans le lobby, le traverser en direction du jardin avec la piscine en face, traverser le jardin en longeant l’allée de droite et au fond, vous trouvez une porte grillagée qui donne sur un parking. Une fois sur le parking, continuer à droite sur 50 environ et vous apercevez le Chao Mae Tuptim au fond, près du klong. Ah ben, il se mérite ce temple de la fertilité mais votre serviteuse PMette a fait le pélerinage pour vous!